Qui aurait cru qu'une cité où les cyclistes avaient (presque) disparu au XXe siècle, pourrait devenir une success story du vélo ? Avec une politique vélo énergique, et les moyens de ses ambitions, la ville de Luxembourg passe en effet avec bonheur tous les caps de la ville cyclable émergente.

Trop vallonnée, pas de culture vélo, climat trop mauvais... tous les poncifs habituels laissaient encore à penser en 2005 que le vélo ne percerait jamais à Luxembourg. Pourtant, un élu vert, François Bausch, y a cru à l'époque et a lancé une politique cyclable ambitieuse. Contre vents et marées, à la Ville de Luxembourg d'abord, et maintenant en tant que ministre des Transports.

Même si l'objectif de 10% des déplacements à vélo en 2015 n'a pas été atteint (on est en réalité autour de 5%), on continue à mettre le grand braquet pour y arriver en 2020.

La potion cycliste luxembourgeoise

Luxembourg (passerelle vers l'ascenseur à vélo)

Tout d'abord, outre une volonté politique sans faille, on consacre au vélo des enveloppes financières sérieuses.

Vues de l'étranger, les sommes dépensées peuvent sembler élevées pour une ville de 110.000 habitants, mais elles restent bien en dessous des dépenses pour les routes et les infrastructures ferroviaires.

Le relief est un souci ? Une électrification de 30% des vélos partagés (Vél'oh) est prévue en 2018. Et, pour remonter depuis l'Alzette vers les hauteurs, un ascenseur a été construit.

Un pont étroit à franchir ? Qu'à cela ne tienne, le pont Adolphe a été doté tout récemment d'un passage cyclable sous son tablier. Un aménagement original, qui est devenu entretemps une attraction touristique !

Luxembourg Pont Adolphe

Un tram va servir de nouvelle colonne vertébrale à la mobilité dans la ville ? Profitons-en pour compléter son tracé avec une voie cyclable en site propre.

Les quartiers ne sont pas assez apaisés pour y rouler à vélo ? Mettons-les en zone 30.

Bien sûr, tout n'est pas parfait : l'Association des cyclistes luxembourgeois (LVI) dénonce encore de nombreux chaînons manquants. Et il faudra encore un peu de temps pour matérialiser tous les plans sur le terrain (notamment la liaison cyclable vers la gare).

Mais on voit que l'ambition et la vision politique, ça donne quand même du souffle au vélo !

Luc Goffinet

9881 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ